www.Elena.bg – Votre guide dans le Balkan d’ÉlénaБългарска версияEnglish vertion

Municipalité d’Éléna
Population
Infrastructur
Musées
Histoire(bg)
Nouvelles(bg)
Propriétés(bg)
Petites annonces(bg)
Rechercher

Municipalité d’Éléna

Armoiries de la ville d’Éléna | Situation géographique | Eaux | Description géographique | Brève histoire

Histoire de la ville d’Éléna

La tour à l’horloge et les églisesPour les étrangers, Éléna est une petite ville montagneuse, avec ses vieilles églises, sa tour à l’horloge, ses maisons en bois et ses rues en pierre. Pour nous, ses habitants, Éléna est un sanctuaire de l’esprit bulgare de l’époque de l’ Éveil national, une source intarissable du patriotisme et de la beauté.

Il n’y a que deux noms des personnes originaires d’ Éléna, inscrits dans l’histoire de la Bulgarie – Jossif Bradati – prédécesseur de Paissii Chiliandarski et Ilarion Makariopolski – lutteur pour l’indépendance de l’église bulgare qui proclama – «Nous serons toujours là, où est le peuple» et «C’est seulement le peuple qui a toujours raison».

Ivan Momtchilov et Nicolas Michaïlovski créèrent en 1843 la première école de classes pour formation des maîtres d’école – «Daskalolivnitsa». Nicolas Michaïlovski termina l’université de Moscou, où, en 1848, il passa sa thèse de doctorat en philosophie. Les élèves de cette école parmi lesquels sont Petko Slaveykov, Dragan Tsankov, Nicolas Kozlev, Dr. Ivan Kassabov, les frères Karchovski, Stoyan Robovski, Sava Katrafilov emportèrent les torches du savoir dans plus de 66 villes et 31 villages – de Ploest jusqu’à Doïran et de Vratsa jusqu’à Bourgas et Tsarigrad (Constantinople).

Dans cette ville montagneuse, le passé est gardé toujours avec ardeur par le présent. Le nouveau se bâtit sur les murailles des traditions riches avec un espoir pour l’avenir. Ici, 147 monuments de la culture sont conservés, dont 7 sont d’une importance nationale: la maison natale d’Ilarion Makariopolski, la tour à l’horloge, l’école «Daskalolivnitsa», les églises «Saint Nicolas» et «L’Assomption de la Sainte Vierge», le clocher, les cinq maisons de Razsoukanov et la maison de Pop Nicolas. Éléna possède plus de 6 mille objets ethnographiques de la culture matérielle, 780 œuvres de l’art de l’époque de l’Éveil national et de l’art contemporain, beaucoup de livres incunables. Pendant l’époque de l’Éveil national, élevés dans un esprit travailleur proverbial, inflexibles devant les difficultés, appris à s’agenouiller seulement devant la source limpide montagneuse, les habitants de la ville deviennent créateurs véritables de son destin.

la maison natale d’Ilarion Makariopolski   la tour à l’horloge   l’école «Daskalolivnitsa»   les églises «Saint Nicolas»

Църквата “Успение на Пресвета Богородица"  Петте Разсуканови къщи   Попниколовата къща

Pour ceux qui sont nés dans cette contrée et ceux qui connaissent son atmosphère, Éléna reste toujours la ville des poètes : Petko Urdanov Todorov - le maiître des idylles, le fabulistes Stoyan Michaïlovski, le lyrique Ivan Kirilov, et l’écrivain Émilian Stanev – grandi à Éléna.

Dans cette ville, il y a quelque chose tellement bulgare, que de toute son histoire, le texte d’une chanson est né – «Va le peuple ravivé», une chanson, devenue hymne enthousiasmé de tout le peuple.

Armoiries de la ville d’Éléna | Situation géographique | Eaux | Description géographique | Brève histoire

 


© 2004-2011 eng. Svetoslav Mihaylov

 

Elena Mountains